Dans les zones urbaines, la biodiversité est soumise à de fortes pressions. Pollution atmosphérique, exploitation des ressources, constructions intensives et diminution des espaces verts causent d’importantes dégradations aux écosystèmes. Préserver la faune et la flore de nos régions est donc devenu un enjeu environnemental majeur. Dans la construction, on parle de « biodiversité positive ». On vous explique !

Depuis quelques années, différents secteurs se mobilisent pour apporter des solutions innovantes en matière de préservation de la biodiversité. Dans les zones densément construites, le maintien d’un petit nombre d’espaces verts ne peut garantir à lui seul cet objectif. C’est la raison pour laquelle les architectes ont développé un ensemble de techniques qui sont aujourd’hui regroupées sous le concept de biodiversité positive. En encourageant l’équilibre naturel, celles-ci respectent davantage la faune et la flore, et participent au bien-être et à la santé des riverains.

Toitures et murs végétalisés

Pour compenser la perte des surfaces vertes en ville, les toitures et autres surfaces végétalisées présentent des atouts particulièrement intéressants. En plus de leur esthétique, elles recomposent le milieu naturel local, améliorent la qualité de l’air et offrent d’excellentes propriétés d’isolation thermique et acoustique. Sur le toit, elles permettent également de récupérer l’eau de pluie, ce qui contribue à prévenir les inondations lors de fortes intempéries.

Création d’habitats de substitution

Dans les milieux urbains, il est également important de recréer des zones d’accueil pour la faune. Si elles sont bien pensées, les cavités de certains bâtiments peuvent être des habitats de substitution forts utiles pour les petits oiseaux et autres mammifères. D’autres structures de refuge, comme des nichoirs ou des hôtels à insectes, peuvent également être installées en façade ou sur les toits pour favoriser la préservation des espèces locales.

Intégration de plantes

Intégrer la nature dans l’habitat, en créant par exemple des espaces verts composés de plantes variées, permet d’améliorer considérablement la qualité de vie de ses occupants. Cours intérieurs, petits jardins ou encore espaces verts communs sont autant de possibilités de préserver la biodiversité, tout en offrant un espace de relaxation et de bien-être dans l’habitation.

La biodiversité positive est donc un concept qui souhaite créer une plus grande harmonie avec la faune et la flore, tout en préservant l’aspect esthétique et innovant des constructions. Une nouvelle vision de l’architecture qui n’a pas fini de nous étonner !

Yiorgos Hadjichristou Architects ; crédit photo – Joao Teigas